Général

Louer un chien pour une journée

Louer un chien pour une journée


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Louer un chien pour une journée en Basse-Californie pour seulement quelques dollars

Je suis un amoureux des chiens. J'aime aussi voyager et j'en suis très passionnée. J'aime trouver des endroits à visiter, des gens à rencontrer et des expériences à vivre. Le but de ce blog est de partager mes expériences avec d'autres voyageurs et d'inspirer les autres à aller voir le monde et à partager leurs expériences également.

La vérité est que cela ne me pose aucun problème, car la vraie personne derrière le chien n'est pas du tout blessée.

Cependant, il y a d'autres problèmes derrière ce type de pratique, et je suis également très passionné par ceux-ci.

Le tourisme canin n'est qu'un des nombreux exemples du problème derrière la popularité des grands hôtels, qui ont la capacité de fournir un bon divertissement, mais pas bon pour l'environnement ou les êtres humains impliqués.

Voici la vraie histoire du chien du mois dernier, qui fait partie d'un élevage dans le pays. La réalité est que la vérité derrière ce type d'activité est que le chien est gardé dans une cage pendant des années et ne rencontre que les clients payants. Tous les propriétaires de chiens savent ce qu'ils font.

Nous pouvons appeler ce cas de cruauté envers les animaux ou même d'exploitation et le chien en tant qu'animal, un « esclave », ou ce que vous voulez, cependant, en réalité, ce n'est pas différent de nous acheter et vendre des esclaves, ou la prostitution ou le sexe Commerce. Tous impliquent des personnes ayant du pouvoir sur d'autres personnes, et tous sont nocifs pour les humains impliqués.

Certaines personnes sont en fait maltraitées ou victimisées, comme ce chien, et elles n'ont pas encore de droits. Le gouvernement n'offre aucune protection juridique, comme il le fait généralement dans d'autres cas de traite des êtres humains. Cette question est donc plus complexe que ne le sont réellement certaines des personnes impliquées.

Je ne peux parler que de mon expérience. Je n'ai jamais aimé l'idée d'être vendue comme esclave, comme si c'était la seule chose que je pouvais faire de ma vie. J'ai des amis qui ont été dans le business de « l'esclavage » et c'est très similaire à l'achat d'esclaves. Ce sont des gens qui sont en prison, qui sont endettés pour de l'argent et qui n'ont d'autre choix que de travailler pour les clients qui paient. Ils sont souvent maltraités, si vous voulez mon avis.

Je ne sais pas non plus ce qui est pire : vendre un esclave ou en abuser en prison. Il y a toute une société de gens qui sont des esclaves, que nous ne connaissons pas. Qui sont leurs enfants ? Et s'ils sont maltraités ? Et s'ils arrivent à la fin de leur vie et qu'il n'y a rien pour eux ? Nous ne savons tout simplement pas.

J'en ai parlé avec de nombreuses personnes différentes et elles ont été très intéressantes. Ils ont expliqué que c'est une « entreprise » et c'est ce qui la rend si mauvaise. Ils parlent de la question du pouvoir et de l'argent. Bien sûr, ce n'est pas seulement sur ces travailleuses du sexe. Vous pouvez voir comment cela se passe de plusieurs manières.

Mon meilleur exemple est celui qui m'a vendu. J'ai toujours détesté l'idée de ne rien avoir, d'être sans biens et de n'avoir aucun contrôle sur ma propre vie. Quand je l'ai rencontrée, je vivais déjà là où je vis maintenant.

Je vivais dans une vieille église, qui était en mauvais état. Je ne gagnais pas d'argent, donc je ne pouvais pas payer le loyer. J'avais besoin de faire quelques changements, et ma vie semblait prendre une direction que je n'aimais pas. J'ai donc déménagé dans une petite maison, je ne sais pas pourquoi, pour changer ma situation.

Je pense qu'elle a vu ça, parce que j'avais déménagé. Elle m'a offert l'opportunité de travailler pour elle. Elle allait me donner un travail, mais je ne savais pas ce que c'était. Je venais de me promener dans le quartier en regardant d'autres maisons.

Elle m'a parlé et j'ai accepté de travailler pour elle comme prostituée. Le premier jour où je me suis réveillé, je lui ai demandé pourquoi j'avais déménagé ici. Elle a dit: "Eh bien, vous n'avez rien. Vous êtes seul et c'est un endroit agréable à vivre.

J'ai réalisé qu'elle n'avait pas besoin de moi à cet endroit. Elle pouvait travailler sans moi, elle pouvait gagner plus d'argent, mais je n'avais pas à déménager.

Donc, mon premier travail a été de me vendre. Pour moi, c'était très mauvais, parce que je sentais que c'était une vraie perte, un sacrifice de mes propres besoins personnels et de ma dignité.

J'ai réfléchi aux raisons pour lesquelles nous vivons dans ces conditions. J'ai réfléchi à de nombreux points différents, mais je ne sais pas pourquoi nous le faisons. Et c'est ce que je veux vous demander, pourquoi vivons-nous ainsi ?

Pourquoi le faisons-nous? Il semble que pour beaucoup, il semble que ce soit la seule façon de vivre.

[Inaudible]

Non, pour moi, ce n'est pas vraiment vrai, ce n'est pas vraiment vrai. Je ne pense pas qu'il y ait quelque chose de mal à travailler. Vous avez le droit de le faire. Personne ne vous empêche de le faire.

J'ai travaillé pour pouvoir avoir de la nourriture, des vêtements et un endroit où vivre.

Non, il n'y a rien de mal à cela, mais nous devons reconnaître que ce n'est pas bon pour vous.

Il y a quelque chose à ce sujet, mais ce n'est que mon avis.

Nous n'avons pas beaucoup d'options. Nous sommes coincés là-dedans.

[Inaudible]

Il n'y a pas de « loi ». Il y a des lois. Si je vole quelqu'un et que je lui dis : « Ce n'est pas autorisé », et qu'il le fait quand même, et je lui retire son arme, puis je le tue. Il a commis un crime.

Si je vole votre propriété, j'ai commis un crime. Si vous tuez mon enfant, vous avez également commis un crime.

[Inaudible]

Non, ce n'est pas la loi. La loi n'est pas là pour protéger les droits des gens, pour vous dire ce que vous pouvez faire et ce que vous ne pouvez pas faire. La loi est là pour protéger ceux qui ont le pouvoir. La loi est là pour protéger ceux qui ont le droit.

Ceux qui ont le droit sont censés payer pour ceux qui n'en ont pas.

La loi est là pour protéger ceux qui ont le droit de propriété.

[Inaudible]

Eh bien, ce n'est pas la loi, mais si vous faites quelque chose, si vous avez des ennuis, si vous lancez un mouvement politique, si vous formez un parti et prenez votre argent et courez, et dites que ce parti est la loi, et vous pensez avoir le pouvoir et le droit de le faire, alors vous devrez répondre devant cette cour de justice. C'est toi qui vas être jugé.

Et ce n'est pas la cour de justice, mais c'est la cour de justice, et c'est ce dont nous avons besoin.

[Inaudible]

La loi est la loi de ceux qui ont de l'argent.

Ceux qui ont de l'argent sont en charge.

Ceux qui n'ont pas d'argent sont entre les mains de ceux qui ont de l'argent.

Il n'y a pas de loi.

[Inaudible]

Non, il n'y a pas de loi.

La loi est pour ceux qui ont de l'argent.

Tous ceux qui ont le pouvoir et l'argent sont libres de faire ce qu'ils veulent. Il n'y a pas de loi.



Commentaires:

  1. Ahanu

    À mon avis, quelqu'un a déjà dit, mais je ne peux pas partager le lien.

  2. Walfrid

    Nous attendons la continuation. Bien sûr, mais plutôt exagéré, une expérience personnelle montre quelque chose de proche de ce qui est décrit.

  3. Poston

    Ça ira!

  4. Lazarus

    Je pense que c'est faux.

  5. Yozshugor

    Je pense que tu n'as pas raison. Je peux le prouver. Écrivez en MP, nous communiquerons.

  6. Tusida

    C'est remarquable, cette opinion amusante



Écrire un message